Trad. Thème FR>ENG

Bonjour !

Aujourd’hui, je vous présente une traduction Thème (du français vers l’anglais) d’un article du journal Le Monde. Cela fait un moment que je n’en ai pas fait et je m’inquiète un peu quant à la fluidité de mes langues d’arrivées. Je commence avec l’anglais car elle est officiellement ma langue B. Mon objectif est d’avoir une combinaison ABBBC (Français-Anglais-Espagnol-Chinois-Allemand), alors il faut que je maîtrise parfaitement l’exercice du Thème. Vous allez pouvoir lire la traduction en anglais sans lire le texte initial, que vous pouvez retrouver sur le site du journal ici.

Traduction

A World built on sand

Since Antiquity, civilizations have been built on simple raw materials like clay, straw and solid stone blocks. Ours, is built on sand. It is by far the most used of all the raw materials consumed by Man, alongside with gravels and various kinds of pebbles, which are included in the production of concrete. It is consumed nearly ten times more than oil and gas on the planet. In the 20th century, we have used up to thirty-four  times more building materials compared to the past centuries; and according to the latest report of the OECD (Organisation for Economic Cooperation and Development), released this Tuesday, October 23, this dependency will be even greater in the coming decades. material consumption, predominantly sand and stone, is expected to double by 2060, with the obvious consequences on the natural environments, climate and pollution (representing ten percent of the greenhouse gas emissions).

The first reason for this dependency growth is the growing population which should increase from seven to nine million. The second reason is urbanization, which should affect two-thirds of the World’s inhabitants in 2060. Of course, let’s not forget the economic growth which has a rather paradoxical snowball effect. Beyond a certain level, the more it increases, the more its appetite decreases. In the most highly-developed countries, the progress in economic growth consumes less raw materials. This is the case in Europe or in the United-States and it’s starting to be the case in China. China, where nearly half of the World’s cranes operate should stabilize its consumption of construction materials at twenty-four Gigatonnes, still one quarter of the World’s total consumption, without further increase. This is the reason why the amount of raw materials should “simply” double if the global wealth (World’s Gross Domestic Product) is expected to quadruple between 2011 and 2060.

No 100% recycling

The first limiting factor is a change in the structure of the economy. It is moving towards the tertiary sector so it needs for raw materials are lower than those of an industrial society. Even though a part of this transformation comes from the relocation of resource-intensive activities to the developing countries.

The other factor is technology, especially in terms of recycling. The estimated rise of the price of the raw materials will have a positive impact on this sector, which is more intensive in workforce than the mining sector; it should develop faster than extraction but barely enough to stop it. According to the OECD experts, the dream of having a hundred percent circular economy will remain unattainable. The demand will be so high that it will easily soak up both primary and secondary materials. Therefore, how can we imagine a society that is sober, prosperous and sustainable? An economy overcoming its appetite for sand will be the biggest challenge that capitalism will have to face in the twenty-first century.

 

Des difficultés?

Par où je commence? On se doute bien que traduire dans une langue qui n’est pas la nôtre n’est pas chose facile surtout pour ce qui est des articles de journaux. J’ai eu du mal à traduire plusieurs mots et expressions qui semblent pourtant acquis. Le langage journalistique est plein de tournures grammaticales complexes, d’expressions imagées, j’irais même jusqu’à dire qu’elles sont colorées! Ma technique est je pense, semblable à celle de tous les traducteurs: lire le texte et essayer de traduire au fur et à mesure, noter/souligner les mots que je ne connais pas ou que j’ai du mal à traduire. Quand je commence à traduire, je ne traduis pas littéralement, je traduis surtout le sens des phrases car dans la langue d’arrivée les choses ne sont pas dites ou comprises de la même façon. Le but c’est de se rapprocher au maximum du texte. Je passe beaucoup plus de temps sur un texte que je traduis à la maison, qu’un texte que je dois traduire durant un partiel, parce que la traduction c’est avant tout un travail de recherche; savoir utiliser les outils à notre disposition et trouver les expressions exactes. Durant un partiel, nous n’avons pas le droit aux dictionnaires ou autres outils ce qui est dommage car le plus souvent nous nous reposons sur nos acquis et nous n’enrichissons pas notre vocabulaire. Bref, j’ai noté tous les mots, expressions et notions que j’ai eu à chercher pendant mon travail. Les principaux outils qui ont été utilisés sont: Linguee.com, Word-reference, Google Traduction. Je sais, Google Traduction a mauvaise réputation, mais ça nous donne une idée du sens de la phrase et nous pouvons par la suite effectuer des corrections pour l’améliorer. Ce qui prouve que même si nous vivons dans un Monde qui tourne autour des machines, un logiciel de traduction ne pourra jamais être au niveau d’un Humain Traducteur/Interprète.

Mots, Expressions et Notions

matériaux de construction = construction materials, building materials

“rentre (dans le sens ici de “inclure”) dans la production de béton” = included in the production of concrete

émissions de gaz à effet de serre = greenhouse gas emissions

consommation de matériaux = material consumption

majoritairement, surtout = predominantly

pertes et profits = gains and losses / profits and losses

l’accroissement de la population = population growth/ growing population/ demographic growth/ population increase

croissance économique = economic growth/ growing economy

urbanisation = urbanization

depuis l’Antiquité = since Antiquity/ ancient times

matières premières = raw materials

ressources naturelles = natural resources 

solides blocs de pierre = solid stone blocks

consommer = use up, consume

“avec ses cousins graviers et cailloux” = alongside with gravels and pebbles 

le béton = concrete

richesse globale = global wealth/ overall wealth

le défi = challenge

les pays les plus développés = the most-highly developed countries/ most developed countries

la progression économique = economic progress/ the progress in the economic growth

l’empire du Milieu = The Middle Kingdom (ici j’ai gardé la “Chine”) 

résister à, supporter = withstand

une grue (construction) = crane

“multiplié par 4” = quadrupled

se contenter de = ici j’ai utilisé “simply” mais je continue de chercher un sens plus précis

Produit Intérieur Brut Mondial = World’s Gross Domestic Product

recyclage (des déchets) = recycling/ waste recycling/ recycling of waste

Société Industrielle = industrial society

“les activités gourmandes en ressources” = resource-intensive activities

Pays en développement = Developing Countries

“la hausse prévue” = the estimated/ expected/ forecast growth

économie circulaire = circular economy

“absorber allègrement” = easily absorb/ soak up 

 

 

 

My Best Friend, Rory GILMORE

The series has two protagonists: witty “thirty-something” mother Lorelai Gilmore and her intellectual teenage daughter Rory. Their backstory is established early in the show: Lorelai grew up in Hartford with her old moneyparents, Richard and Emily, but always felt stifled by this environment. She accidentally became pregnant at age sixteen and left home a year later to raise Rory in the close-knit town of Stars Hollow. Lorelai found work and shelter at the Independence Inn, where she eventually progressed from maid to executive manager. Lorelai and Rory develop a very close relationship, living like best friends, and Lorelai is proud of the independent life she has formed away from her parents. In the pilot episode, she is forced to go to them when Rory is admitted to Chilton Preparatory School, but she cannot afford the tuition fees. Emily and Richard agree to provide a loan, so long as the girls join them every Friday night for dinner. This sets up the show’s primary conflict, as the Gilmores are forced to face their differences and complicated past. The contrasting mother–daughter relationships of Emily–Lorelai and Lorelai–Rory become a defining theme of the show. Series creator Amy Sherman-Palladino has summarized the core of Gilmore Girls:

“I think the theme was always family and connection. I always felt like the underlying thing about Gilmore was that, if you happened to be born into a family that doesn’t really understand you, go out and make your own. That’s what Lorelai did. She went out and she made her own family. The ironic twist in her life is that then this daughter that she created this half family for, likes the family that she left. It was a cycle of crazy family.”

The series also focuses on both girls’ ambition: Rory to attend an Ivy League college and become a journalist, and Lorelai to open an inn with her best friend Sookie St. James. The romantic relationships of the protagonists are another key feature; throughout the series Lorelai has a “will-they-won’t-they” dynamic with her friend, local diner owner Luke Danes, while also harboring unresolved feelings for Rory’s father, Christopher Hayden. Rory has three boyfriends during the run of the show – local boy Dean Forrester, mysterious, well read bad boy Jess Mariano, and wealthy charismatic Logan Huntzberger. The quirky townspeople of Stars Hollow are a constant presence. Along with series-long and season-long arcs, Gilmore Girls is also episodic in nature, with mini-plots within each episode – such as a town festival, an issue at Lorelai’s inn, or a school project of Rory’s.

Source: Wikipedia

It’s a Mother-Daughter thing…

img_6011

This show aired in October 2000 and I remember watching it when I was 15-16 years old. Rory Gilmore became my best friend at first sight. If you’ve read my previous posts, you’ll probably think that I hate western series and movies, but that’s not the case. I used to love a lot of movies and shows and I will be writing about it more and more. You will then understand where I’m heading at, starting with Rory G.

Rory is a 16 year-old girl who lives with a mother and barely knows her father. She is very smart, she loves to read, she studies very hard to fulfill her dream which is studying at Harvard after finishing High School. She has a strong relationship with her mother, she trusts her, she’s her best friend.Well, when I watched the first episode, I felt I had so much in common with her. I also grew up with my mom, without a father and few friends. I was very smart, shy, I had (and still have) a strong relationship. I was literally seeing my own life on TV. Thanks to Rory, I started reading and dreaming of having my own dream to follow and work hard for. I admired her steadiness and sometimes envied her stable life. She didn’t have any major problems and she would always stay focused on her dream not matter what. When she fell in love for the first time, then broke up, I was as devastated as she was, I could feel every emotions and sometimes wished I was there with her to ease the pain. I had never felt so connected to anyone like I was with Rory Gilmore. This is the kind of show I really loved to watch from Hollywood even though they also paved the way for teenage sex (Rory did her first time with her ex-boyfriend who happened to be married at the time, but thank God she was already 18 and studying at Yale University), it was less obvious than today.

After all that’s been said, I recommend this show to anyone who’s looking for an inspiring role model especially if you have a teenage daughter. I love this show so much that I usually watch the 7 seasons every year, in September, when school is about to start. Actually, I think I will just buy the whole 7 seasons on the iTunes Store and watch it on my iPad, in English of course.

 

Hoy Hablamos

img_5600

Je vous présente une de mes plus grandes trouvailles !! Un Podcast en espagnol… En fait, c’est un site internet http://www.hoyhablamos.com avec des enregistrements et en plus des documents PDF avec le script et des exercices pour s’entraîner. Ils proposent aussi de donner des cours par Skype.

Ce n’est pas le seul Podcast qui existe en espagnol, il y en a d’autres mais c’est le premier que j’ai testé et j’en suis ravie. Vous allez pouvoir faire la connaissance de Roi et Paco qui conversent sur divers sujets comme l’actualité, les sujets de sociétés, la culture espagnole, la vie en Espagne en général etc. En ce qui concerne le niveau requis pour comprendre, je pense qu’il est accessible à tous, le rythme est relativement lent, ce sont des natifs et quand bien même ils essaieraient de parler lentement, chasser le naturel et il revient au galop. Cela dit, je trouve que c’est ce qui permet à l’oreille de s’habituer. Il faut se lancer des défis et ne pas avoir peur de ne pas comprendre, c’est comme ça qu’on apprend. Mettez votre casque et imaginez-vous dans un marché ou une ruelle de Madrid ou de Barcelone, c’est la même chose. A défaut de voyager, c’est l’Espagne qui vient à vous!

Au bout de quelques mois d’utilisation, je peux vous dire que j’ai vraiment progressé. L’espagnole est une langue que j’ai apprise en milieu scolaire, c’était en 4e il me semble. Le problème c’est la méthode utilisée. Les professeurs mettent l’accent sur la grammaire, et ce que ce soit au collège, au lycée ou à l’université. Sauf qu’une langue est d’abord orale, donc à la différence de l’anglais que j’avais parlé avant l’approfondissement scolaire, j’ai beaucoup de difficultés à m’exprimer en espagnol sans hésitation et ce même après plus de 10 ans d’apprentissage. C’est après avoir passé quelques mois à Barcelone que j’ai pu saisir le rythme adéquat. Je comprends mieux quand j’écoute les Podcasts et même en cours quand je lis ou quand je m’exprime, je sens une grande différence. Je vous assure que c’est le même résultat après l’écoute de ces enregistrements. Ce n’est pas grave si vous ne pouvez pas parler immédiatement. Souvenez-vous quand vous étiez enfant, il vous a fallu du temps avant de commencer à prononcer vos premiers mots, le processus est le même. Votre cerveau enregistre tout, le rythme, la prononciation, les intonations, donc quand vous vous retrouverez en situation, tout viendra naturellement.

Je vous conseille vivement de visiter leur site et vous pouvez vous abonner pour 9,99 dollars par mois pour accéder au contenu intégral (textes, téléchargements).

PERSÉVÉRANCE

Définition: Action de persévérer, qualité, conduite de quelqu’un qui persévère

Synonymes: obstination, opiniâtreté, ténacité, acharnement

Source: Dictionnaire Larousse

Tout d’abord j’aimerais vous faire part de la dernière rubrique à laquelle j’ai pensé et qui s’intitule Le Mot de la Semaine/ Word of the Week/ Palabra de la Semana. En effet, nous nous définissons souvent de plusieurs façons mais les mots sont puissants surtout quand nous leur donnons l’énergie appropriée. Je me suis rendue compte en étudiant les langues que les mots sont en fait de véritables armes. Ils peuvent détruire, tout comme ils peuvent guérir; alors il est important de bien connaître leur définition, leur origine et savoir dans quel contexte les utiliser. Chaque mot que je définirai ici (toutes les semaines) sera tiré de mon expérience personnelle.

7 ans, 4 Universités, 3 villes… une LICENCE

Je dois dire que c’est un sacré parcours, un parcours semé d’embuches mais honnêtement que serait la vie sans ses imprévus ? Que serait la vie sans ses coups durs? Elle ne serait que linéaire et au fond qui aime ça?

Nous sommes le 02 septembre et je me prépare à entamer ma dernière année de licence une deuxième fois, trois ans plus tard. En 2015, j’abandonnais mes études pour m’enfuir en Espagne parce que je venais de rater ma licence de peu, il ne me manquait qu’un semestre pour l’obtenir, je l’ai ressenti comme un échec, pour moi c’était la fin. A ce moment-là, j’ai entamé mon premier pas vers la Persévérance. Certes je ne comptais pas retourner à l’Université mais cela ne voulait pas dire que j’avais enterré ce rêve de devenir Interprète de Conférence. J’aurais pu rester à Paris, commencer à travailler et continuer ma vie, passer d’un boulot à l’autre mais au lieu de ça, j’ai choisi de partir à Barcelone pour pratiquer l’espagnole, une langue que j’avais toujours apprise en cours ici en France, mais que je n’avais jamais entendue.

Barcelone a été un vrai déclic pour moi spirituellement, j’ai découvert ce que c’était que d’être heureux simplement sans attendre quelque chose d’extraordinaire, j’ai rencontré des jeunes qui étaient dans des situations pires que la mienne alors j’ai arrêté de pleurnicher sur mon pauvre sort de “raté” et j’ai commencé à voir la vie du bon côté. Je me suis inscrite à des cours d’espagnol à la carte à l’Université de Barcelone, j’étais en cours avec des étudiants Erasmus et j’étais bien intégrée avec des américains, des suédois, des norvégiens, des colombiens etc, des personnes du monde entier. La douleur à commencer à s’effacer, j’ai commencé à reprendre confiance en moi et je suis rentrée à Paris un peu avant l’été 2016.

Quand je suis rentrée à Paris, j’ai eu une période creuse, je déprimais, j’avais peur de l’inconnu, je ne savais pas du tout où j’en étais mais surtout, je ne savais pas par où commencer. J’ai donc décidé de trouver du travail comme Hôtesse d’accueil pour pouvoir m’ouvrir aux autres, rendre service, développer mes aptitudes en communication directe et surtout être indépendante financièrement. Ensuite est venu le moment de me réinscrire à la FAC pour l’année 2016-2017 dans l’espoir de valider le semestre qui me manquait, mais ma candidature a été rejetée. C’est à ce moment-là que j’ai effectué un deuxième pas vers la Persévérance: j’ai décidé de maximiser mes chances pour l’année suivante. Au lieu de réfléchir comme une étudiante en échec, j’ai commencé à réfléchir comme une Interprète de Conférence en apprentissage et j’ai décidé de me concentrer sur le perfectionnement de mes langues à commencer par le chinois. C’est ainsi que je me suis inscrite sur un site en ligne et que j’ai commencé à étudier le chinois à raison de 3 heures par jour à mon travail (en tant qu’hôtesse, j’étais sur un site plutôt calme surtout l’après-midi, j’avais du temps à tuer donc je me consacrais aux cours sans relâche). J’ai commencé à faire de gros progrès et en 6 mois j’avais rattrapé mon retard, j’ai validé deux niveaux au HSK (examen de niveau de langue chinoise type TOEIC). J’étais prête pour l’année 2017-2018, il fallait que je valide ma licence, j’avais retrouvé confiance en moi donc j’ai commencé à envoyer mes candidatures. Elles ont toutes été rejetées sauf à la Sorbonne Nouvelle où l’on m’a demandé de reprendre en 2ème année, année que j’avais déjà validé à l’Université Catholique de l’Ouest. Quand j’ai eu le mail, je devais partir à Barcelone en weekend deux jours après, je ne vous cache pas que j’ai failli annuler mon voyage… j’ai passé des jours à pleurer, j’étais en colère, je ne comprenais pas pourquoi je devais encore reprendre une classe surtout que je l’avais déjà validé, j’étais dépitée… Là j’effectuais un autre pas vers la Persévérance… Parfois, il est bon de reculer pour mieux sauter. Je n’allais pas louper cette chance et mes amis m’ont dit <<Doriane, vas-y, ce n’est pas grave>> alors je me suis inscrite et vous savez quoi? C’est la meilleure décision que j’ai eu à prendre ces dix dernières années…

En effet, je pourrais vous raconter des centaines d’histoires pour définir le mot Persévérance mais je pense que comme la Foi, ce n’est pas un mot que l’on peut clairement expliquer mais c’est quelque chose qui se ressent, qui se vit. Dans la vie, il ne faut jamais s’avouer vaincu, il faut toujours aller de l’avant et croire en ses rêves. Ce sont les montagnes russes mais il faut garder à l’esprit que faire des erreurs est ce qu’il y a de plus normal, c’est ce qui nous permet de grandir. J’ai vécu tellement de choses ces dernières années, qu’elles aient été bonnes ou mauvaises, elles ont fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. JE suis plus forte et plus disposée à me battre pour que mes rêves se matérialisent. JE visualise toujours ce que je veux et jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours obtenu ce que je voulais. Même si ces choses ou ces personnes n’ont pas toujours été un bien pour moi, j’en ai toujours tiré des leçons qui m’ont rendu encore plus forte qu’avant. Le plus gratifiant quand on n’abandonne pas, c’est de voir les choses se mettre en place naturellement parce que justement c’est le moment, nous sommes prêts à les recevoir dans notre vie, c’est un sentiment qui n’a pas de prix!

Mon expérience personnelle en elle-même n’est que Persévérance, je fais preuve d’un courage incroyable et c’est comme si je pouvais tout faire ou surmonter. Je considère que je ne vais jamais abandonner le chemin que j’ai pris quoiqu’il arrive, je vais continuer à travailler très dur pour devenir une excellente Traductrice/Interprète de Conférence.